Design thinking

Concevoir votre vie à l'aide du Design thinking

Concevoir votre vie à l’aide du Design thinking

Le design thinking. C’est probablement un outil que vous utilisez quotidiennement dans votre travail pour résoudre des problèmes de conception épineux. Mais avez-vous déjà pensé à l’utiliser pour concevoir votre vie ?

Dans leur livre, Designing Your Life, Bill Burnett et Dave Evans décrivent un processus étape par étape, utilisant la pensée conceptuelle, pour aider les gens à construire des vies dans lesquelles ils peuvent trouver épanouissement et joie. Cette revue met en lumière certaines techniques du livre que des personnes ont utilisées avec succès pour atteindre leurs objectifs professionnels et de carrière. Cependant, pour avoir une compréhension complète du processus de conception de la vie, il faut lire le livre.

Le design thinking personnel comme Michael, de Designing Your Life


Bill Burnett et Dave Evans décrivent un processus étape par étape, utilisant le design thinking, pour aider les gens à construire des vies dans lesquelles ils peuvent trouver épanouissement et joie.


Je vais commencer par vous présenter un ingénieur nommé Michael. Il était coincé. Ayant récemment accepté un nouveau poste d’ingénieur, il ne comprenait pas pourquoi il s’ennuyait, était agité et malheureux. Michael ne savait pas quoi faire. Beaucoup de gens lui ont donné des conseils. Des amis lui ont suggéré de créer sa propre entreprise d’ingénierie ; son père pensait qu’il devrait peut-être changer de carrière. Bien qu’il ait envisagé plusieurs options, il n’était pas sûr de ce qu’il devait faire parce qu’il ne savait pas vraiment quel était le problème. Jusque-là, il était heureux dans sa carrière. Pourquoi, tout à coup, se sentait-il si malheureux ?

La technique de Design Thinking « Le journal du bon temps »


Cet exercice l’a aidé à identifier les activités spécifiques qui le faisaient se sentir engagé et plein d’énergie, et celles qui ne le faisaient pas.


Heureusement, Michael a réalisé qu’avant d’essayer de résoudre le problème, il devait d’abord le comprendre. En utilisant une technique appelée « Journal du bon temps », Michael a pu obtenir des indices sur ce qui se passait réellement. Il a commencé par noter les moments de la journée de travail où il s’ennuyait, s’agitait ou était malheureux. Il a également noté les moments où il se sentait excité et concentré. Cet exercice l’a aidé à identifier les activités spécifiques qui le faisaient se sentir engagé et plein d’énergie et celles qui ne le faisaient pas. En faisant ce type d’exercice de journalisation, Michael a pu comprendre quels aspects de son travail il appréciait ou non.

L’une des raisons pour lesquelles le Journal du bon temps est un outil utile est qu’il permet de concentrer efficacement votre attention et votre conscience. Chaque jour, il vous suffit de noter vos activités principales et d’indiquer dans quelle mesure vous vous sentez engagé et énergisé par ces activités. Le journal se compose essentiellement de deux éléments :

  1. Un journal d’activité – dans lequel vous notez chaque activité et ce qu’elle vous fait ressentir.
  2. Réflexions – dans lesquelles vous réfléchissez et découvrez ce que vous apprenez de votre journal.

Il est conseillé de tenir le journal d’activités pendant au moins trois semaines – ou toute autre durée nécessaire pour être sûr de saisir toutes les activités de votre choix. Une fois que vous avez enregistré vos activités, l’étape suivante consiste à réfléchir à votre journal en notant les tendances, les idées et les surprises. Il est préférable de le faire chaque semaine afin de pouvoir réfléchir à plusieurs expériences pour chaque activité.

Pour la première fois, Michael a prêté une attention particulière à ce qui lui convenait – et à ce qui ne lui convenait pas – dans son travail. Il s’est finalement rendu compte qu’il aimait vraiment la partie technique de son travail. C’est le côté humain, la rédaction des propositions et la négociation des honoraires qu’il détestait. Il a donc su que sa prochaine étape était de trouver un moyen de faire plus de ce qu’il aimait et moins de ce qu’il détestait.

Journal de bord : le point clé du Design Thinking


Dans la pensée conceptuelle, l’identification des problèmes est tout aussi importante que leur résolution. Parfois, le défi le plus important consiste à définir le problème avec précision.
Bien que cet exercice de journalisation semble assez simple, il nécessite une certaine pratique, d’autant plus que la plupart d’entre nous ne prêtent pas une attention particulière aux choses que nous faisons au cours de la journée. Si nous pouvons ou non arriver à la fin d’une journée en ayant le sentiment qu’elle a été globalement productive, nous passons rarement en revue les détails de ce qui a réellement conduit à ces sentiments. Parfois, nous avons besoin de faire un zoom avant et de décortiquer les nuances d’une activité pour mieux comprendre ce que nous ressentons.

Prenons l’exemple de Lydia : Elle aide des experts à documenter des procédures dans des manuels, et elle était arrivée à la conclusion qu’elle détestait travailler avec des gens, principalement parce qu’elle se sentait mal après avoir participé à des réunions. Mais, après avoir vraiment fait un zoom sur son Journal du bon temps, elle a découvert qu’elle aimait bien les gens lorsqu’elle ne rencontrait qu’une ou deux personnes. Elle a réalisé que ce qu’elle détestait, c’était les grandes réunions de plus de six personnes et celles qui impliquaient une planification et des horaires.

Pour obtenir de bons résultats à partir de votre journal, vous devez poser certaines questions clés :

  • Activités – Que faisiez-vous ? S’agissait-il d’une activité structurée ou non structurée ? Étiez-vous un leader ou un participant ?
  • environnement – Où étiez-vous pendant l’activité ? Comment vous sentiez-vous dans cet environnement ?
  • interactions – Avec quoi ou avec qui interagissiez-vous ? S’agissait-il d’une interaction nouvelle ou habituelle ? Formelle ou informelle ?
  • Objets – Avez-vous interagi avec des objets ou des dispositifs ? Lequel d’entre eux vous a aidé à vous sentir engagé ?
  • Utilisateurs – Qui d’autre était là et quel rôle ont-ils joué dans la création d’une expérience positive ou négative ?
  • Ce qui est génial avec cet exercice de journalisation, c’est que vous pouvez l’utiliser dans tout type de situation où vous avez besoin de mieux comprendre ce qui fonctionne – ou ne fonctionne pas – dans votre vie. Parce que la base de cet exercice est la collecte de données sur ce que vous faites réellement, il s’agit d’un exercice basé sur les faits, et pas seulement spéculatif.

Il s’agit également d’une excellente technique d’identification des problèmes, comme nous l’avons vu avec Michael. Si Michael n’avait pas fait l’exercice de journalisation, il aurait essayé de résoudre le mauvais problème – avec des résultats potentiellement coûteux, voire désastreux. Dans le design thinking, l’identification des problèmes est tout aussi importante que leur résolution. Parfois, le plus grand défi, le plus important, consiste à définir précisément le problème.

La valeur du prototypage dans le Design Thinking

Dans la conception de la vie avec une méthode de Design Thinking, le prototypage vous permet d’essayer des versions d’un avenir potentiellement intéressant, tout en vous engageant physiquement avec le monde qui vous entoure.

En tant que professionnels de l’UX, nous savons que la pensée conceptuelle implique la pensée créative, l’idéation et l’expérimentation, c’est-à-dire l’essai de diverses idées par le biais du prototypage, en créant non pas un seul prototype, mais de nombreux prototypes. Dans le domaine de la conception UX, le prototypage vous permet d’essayer rapidement des idées susceptibles d’échouer, sans pour autant vous engager et surinvestir prématurément dans une solution.

De même, dans le domaine du design de vie, le prototypage vous permet d’essayer des versions d’un avenir potentiellement intéressant, tout en vous engageant physiquement dans le monde qui vous entoure. L’objectif de ces prototypes est de poser une question et de recueillir des données sur un sujet qui vous intéresse. Les bons prototypes isolent un aspect d’un problème et vous aident à envisager des solutions alternatives d’une manière très expérimentale. Par définition, ils impliquent également d’autres personnes, ce qui vous aide à constituer une communauté de personnes qui peuvent ensuite jouer un rôle important dans votre parcours.

Alors, comment le prototypage fonctionne-t-il réellement dans le design de vie ? Prenons l’exemple de Kurt. Il a obtenu deux maîtrises : une en design à Stanford et une autre en architecture durable à Yale. Après avoir obtenu ces diplômes impressionnants, il était prêt à trouver un emploi à Atlanta, où il venait de s’installer. En utilisant les méthodes traditionnelles de recherche d’emploi, il a soumis 38 candidatures et des lettres de motivation rédigées à la main, accompagnées de son excellent CV. Le résultat ? Kurt a reçu des refus de huit entreprises et n’a jamais eu de nouvelles des 30 autres. Kurt était découragé. Peut-être pouvez-vous comprendre.

À ce moment-là, Kurt a décidé de faire quelque chose de différent. Au lieu de postuler à d’autres emplois, il a décidé d’essayer le design thinking. Dans le cadre de la réflexion sur le design, nous utilisons des prototypes pour apprendre ce qui fonctionne bien et ce qui ne fonctionne pas bien dans une solution ou un design que nous testons. Selon Burnett et Evans, la forme la plus simple de prototypage dans le cadre du Life Design est une conversation : l’entretien Life Design, qui ne consiste en rien d’autre qu’à recueillir l’histoire d’une personne. Il s’agit de parler avec des personnes qui font déjà ce que vous souhaitez faire ou qui ont de l’expérience et de l’expertise dans le domaine qui vous intéresse.

Les questions clés d’un entretien de conception de vie peuvent être les suivantes :

Comment ces personnes sont-elles arrivées là où elles sont ? Quel a été leur parcours professionnel ?
Comment ont-ils acquis l’expertise nécessaire ?
Qu’est-ce que cela fait vraiment de faire ce qu’ils font ?
Qu’aiment-ils et n’aiment-ils pas dans leur travail ?
À quoi ressemble une journée typique ?


Un entretien de conception de vie n’est pas un entretien d’embauche. Si vous parlez davantage de vous-même que de l’histoire de votre interlocuteur, vous ne menez pas un entretien de conception de vie. Il est essentiel de faire la différence, qui est une question d’état d’esprit.

Lorsque les gens perçoivent que vous cherchez un emploi, ce qui leur vient à l’esprit n’a rien à voir avec vous. Ils se demandent plutôt s’il y a un poste à pourvoir, ce qui n’est généralement pas le cas. De plus, s’ils n’ont pas d’influence sur le processus d’embauche, ils pensent qu’ils ne peuvent pas vraiment vous aider. Même s’il y a un poste à pourvoir, la question qu’ils se posent est la suivante : « Seriez-vous à votre place ici ? L’état d’esprit d’un entretien d’embauche est axé sur la critique et le jugement – et ce n’est pas l’état d’esprit qui vous permettra d’obtenir l’histoire de quelqu’un.

En bref, un entretien de conception de vie n’est pas un entretien d’embauche. En fin de compte, il s’agit simplement d’une conversation. Burnett et Evans comparent l’entretien de conception de vie à une demande d’itinéraire. Kurt voulait en savoir plus sur l’architecture durable dans la région d’Atlanta, entendre les histoires des personnes travaillant dans ce domaine, et apprendre à quoi ressemble leur travail et comment ils y sont arrivés. Kurt ne connaissait pas le secteur de l’architecture durable à Atlanta. Ses conversations, ou prototypes, lui ont permis d’en apprendre davantage sur ce secteur et de faire partie de la communauté particulière à laquelle il s’intéressait.

Au total, Kurt a mené 56 de ces conversations. Oui, cela lui a demandé beaucoup de courage et beaucoup de travail. Mais, à l’issue de ce processus, il a reçu huit offres d’emploi différentes de grande qualité. Ces offres ne résultent pas de sa recherche directe d’un emploi, mais des conversations qu’il a eues sur l’histoire de la vie d’une autre personne – 56 fois.

Le coût de l’absence de prototypage

Le prototypage est un excellent moyen de se jeter à l’eau et d’essayer quelque chose avant de plonger la tête la première


Le prototypage est productif – et ne pas faire de prototypage peut être coûteux. Prenez l’exemple d’Elise. Elle était prête à passer à autre chose. Après avoir passé des années à travailler dans les ressources humaines (RH), elle était prête pour un changement. Elle adorait la cuisine et voulait retrouver les expériences qu’elle avait vécues dans les nombreux voyages qu’elle a fait autour du monde. Elle a donc décidé d’ouvrir un blog dédié à la culture du burger à Paris. Bien que cela lui demande énormément de travail, elle ouvre son activité de régie dans la foulée et le succès est au rendez-vous. Elle est plus occupée que jamais. Mais elle est aussi malheureuse.

Parce qu’elle n’avait pas expérimenté ce que c’était que de travailler pour un site internet tous les jours, elle avait supposé que gérer un blog serait similaire à consulter un média, une expérience qu’elle avait toujours appréciée. Mais il y avait de nombreux aspects des opérations quotidiennes d’une telle entreprise qu’elle n’appréciait tout simplement pas. En bref, elle a appris à ses dépens et a fini par vendre l’entreprise.

Comment Elise aurait-elle pu prototyper son idée en premier ? Elle aurait pu essayer de créer une petite entreprise de restauration, ce qui lui aurait permis d’acquérir une expérience précieuse et concrète de la gestion d’une société. Elle aurait pu travailler pour un autre média pour se faire une idée de tout ce que cela implique. Elle aurait pu interviewer des propriétaires de blog et de restaurant pour en savoir plus sur ce qu’implique la gestion d’une telle entreprise. Le prototypage est un excellent moyen de se jeter à l’eau et d’essayer quelque chose avant de plonger la tête la première.

Échec et immunité contre l’échec

Il est important de comprendre ce que signifie l’échec et de développer ce que les auteurs appellent l’immunité à l’échec.


Le design thinking est un processus qui exige un état d’esprit de curiosité et une volonté d’être orienté vers l’action et de construire sa propre voie. Mais il est important de réaliser que ce type d’approche, par définition, garantit en fait d’échouer parfois. En fait, les auteurs soulignent que, par conception, vous échouerez plus souvent avec l’approche du design thinking qu’avec toute autre approche. C’est la raison pour laquelle ils parlent « d’échec en avant ».

Il est donc important de comprendre ce que signifie l’échec et de développer ce que les auteurs appellent l’immunité à l’échec. L’échec a une connotation négative. Personne ne veut échouer ou ne cherche à échouer. Mais il est important de comprendre que la façon dont nous interprétons quelque chose est simplement la façon dont nous y pensons – c’est-à-dire le cadre que nous lui donnons. J’ai subi plusieurs échec professionnel et aujourd’hui c’est une force pour mes entreprises. Si vous souhaitez en parler, prenez RDV dans mon agenda 🙂 Le recadrage est l’un des états d’esprit les plus importants d’un concepteur UX. Si vous utilisez une approche de conception de vie, votre vie ne peut pas être un échec.

Certains de vos prototypes ou engagements n’atteindront pas leur but, mais n’oubliez jamais que leur objectif principal est de vous permettre d’apprendre d’eux. Les prototypes font partie d’un processus créatif vivant et continu. Ils ne peuvent donc pas échouer. De par sa conception, le but d’un prototype est d’apprendre ce qui fonctionne bien ou ce qui ne fonctionne pas. En fait, la raison même pour laquelle vous devriez construire un prototype est de vous assurer que vous échouez plus souvent dans les petites choses. Cela vous permet de réussir plus tôt dans les grandes choses importantes. « L’échec n’est que la matière première du succès ».

Selon les auteurs, concevoir votre vie est ce que la vie est réellement. La vie est un processus, pas un résultat. C’est comme une danse. « La conception de la vie n’est qu’un très bon ensemble de mouvements de danse » qui vous permet de devenir vous-même et de concevoir la meilleure façon de vous exprimer dans le monde.

Conclusion

La vie est un processus, pas un résultat. C’est comme une danse.


Nous avons tous des problèmes. Nous sommes tous bloqués de temps en temps. Bien qu’il soit facile de devenir obsédé et de se lamenter sur nos problèmes, les auteurs partagent cette idée : « Tout ce qui rend notre vie quotidienne plus facile, plus productive, plus agréable et plus plaisante a été créé à cause d’un problème [que quelqu’un a entrepris de résoudre]. Où que nous regardions dans notre monde extérieur, nous pouvons voir ce qui se passe lorsque les concepteurs s’attaquent aux problèmes. »

La vie n’est pas statique. Il n’y a pas qu’une seule solution à la vie, et c’est tant mieux. En utilisant le design thinking, nous pouvons aborder nos problèmes avec un esprit de curiosité et prendre des mesures pour danser vers la vie que nous voulons, vers qui ou ce que nous voulons devenir. Selon les auteurs, « une vie bien conçue est une vie qui est générative – elle est constamment créative, productive, changeante, évolutive, et il y a toujours la possibilité de surprise. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *